Le logo des Rencontres du Végétal

Agrocampus Ouest, Angers 9 e édition 16 & 17 Janvier 2017

Communications

Sessions plénières|Sessions thématiques|

Session #04 : Diversité des territoires et des paysages

Animateur(s) : Véronique BEAUJOUAN (Agrocampus Ouest) / Marianne HEDONT (Plante&Cité)

Cette session cherchera à valoriser des travaux permettant de prendre en compte la diversité
i) des paysages et des espaces végétalisés (ruraux, urbains ou périurbains) ;
ii) des acteurs impliqués (publics ou privés, individuels ou collectifs) ;
iii) des disciplines permettant la compréhension, l’aménagement, la gestion ou la mise en valeur du végétal (sciences humaines et sociales, agronomie, écologie, économie, pédologie…).
Une attention particulière sera portée aux méthodes permettant de croiser ces diversités : sites expérimentaux, zones ateliers, démarches de concertation…

Exposé introductif

Territoires et paysages : au croisement des diversités

Orateur(s) : Véronique BEAUJOUAN - Agrocampus Ouest Angers & Marianne Hédont - Plante&Cité, Angers

 Cette session thématique cherche à valoriser des travaux permettant de prendre en compte la diversité du végétal à des échelles vastes, sur des espaces diversifiés. L’appel à communication a permis de rassembler des présentations sur une diversité de paysages et d’espaces végétalisés, qu’ils soient ruraux, urbains ou périurbains. Différents acteurs sont impliqués dans les études présentées : publics ou privés, individus ou collectifs, agissant à différentes échelles. Les disciplines permettant la compréhension, l’aménagement, la gestion ou la mise en valeur du végétal relèvent de différents domaines scientifiques : sciences humaines et sociales, agronomie, écologie, économie…. Une attention particulière est portée aux méthodes permettant des croiser ces diversités : sites expérimentaux, réseaux de chercheurs et acteurs du territoire, analyse historique, mise en œuvre de démarches de modélisation ou de concertation…
Cet exposé introductif permettra de présenter des structures expérimentales complémentaires à celles abordées dans les exposés des deux sessions : Zones Ateliers, Observatoires Hommes Milieux, …, et permettra à partir d’exemples d’appréhender la diversité végétale en milieu urbain "du trottoir au territoire".

>> Télécharger le résumé

>> Télécharger le diaporama (partie 1 & partie 2)

Lundi 16 janvier : 15h15-17h30

Thème : Territoires et paysages agricoles : diversité des acteurs et des méthodes d'animation

Communications orales

Le Réseau Mixte Technologique « Biodiversité et Agriculture » au centre des questions sur les infrastructures
agro-écologiques

Orateur(s) : Jean-Michel Ricard

 CTIFL, Bellegarde

Illustration de la conférence

Les Infrastructures Agro-Ecologiques (IAE) jouent un rôle essentiel dans les milieux agricoles. Elles hébergent une grande part de la biodiversité (habitat, abri, déplacement, ressource..) et, par la multiplicité de leurs fonctions, elles participent à plusieurs services des agrosystèmes (production, régulations biologique et climatique, pollinisation…). Toutefois elles font encore l’objet de nombreuses questions aussi bien scientifiques, sur les processus écologiques qui s’y déroulent, que d’ingénierie agro-écologique sur leur mise en œuvre à l’échelle des exploitations et des territoires. Elles suscitent aussi des débats entre les différents utilisateurs et exploitants des espaces agricoles. Le RMT « Biodiversité et Agriculture » a voulu aborder collectivement ces questions et valoriser les travaux et les expertises de ses partenaires en développant des actions complémentaires. Cette présentation a pour objectif de montrer comment le RMT « Biodiversité et Agriculture » a abordé cette thématique. Cela comprend principalement : i) un séminaire thématique avec des ateliers de co-conception d’aménagements parcellaires d’une exploitation en phase de transition agro-écologique ; ii) la création, suite au séminaire, d’un jeu pédagogique, destiné aux élèves et à leur enseignants ainsi qu’aux agriculteurs et à leur conseillers, dont le but est de faire prendre conscience des multiples enjeux et fonctions des infrastructures agro-écologiques. Cet outil pédagogique est divisé en trois modules indissociables et chronologiques, accompagnés par un guide pédagogique détaillé permettant aux accompagnants de diriger l’outil efficacement ; iii) des travaux au sein de groupes, tels que le GT 1 « régulation naturelle des bio-agresseurs », destinés à intégrer dans les appels à projets le lien entre régulation des ravageurs et IAE/paysage (projets ARENA, CHIRAUX déposés au Casdar Innovation et Partenariat 2016) ; iiii) des animations (co-animation d’un séminaire sur les Bandes Fleuries, journée SIG).

>> Télécharger le résumé

>> Télécharger le diaporama

Laboratoires paysages viticoles : méthodologie de gestion des paysages viticoles à l’échelle des territoires

Orateur(s) : Carine Herbin

Institut Français de la Vigne et du Vin, 17 rue Jean Chandon Moët, 51200 Epernay, France 

Illustration de la communication

 La gestion des paysages viticoles constitue un enjeu de développement durable des territoires où il s’agit « d’entretenir le paysage afin de guider et d’harmoniser les transformations induites par les évolutions sociales, économiques et environnementales » (Convention Européenne du Paysage, 2000).
Un important besoin d’accompagnement est reconnu par les acteurs locaux sur la façon de procéder à la mise en place d’une démarche de paysage viticole cohérente et de qualité.
Le projet « Laboratoires Paysages Viticoles », soutenu par le fonds recherche et développement de FranceAgriMer, a mobilisé quatre régions viticoles majeures engagées dans des démarches de paysages pour participer à la création et à l’expérimentation d’une méthodologie commune de gestion, transférable et généralisable. Ainsi les démarches du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne, de l’Organisme de Défense et de Gestion Costières de Nîmes, du Syndicat Général des Vignerons des Côtes du Rhône et de l’Union des Vignerons du Beaujolais ont été classées qualitativement dans un processus de gestion, adapté des travaux du Conseil de l’Europe et complété d’enquêtes portant à la fois sur l’objet des démarches, leur stade de réalisation et leur stratégie.
La construction de la méthodologie a été expérimentée sur les quatre laboratoires en situations différentes et enrichies par les différentes situations entre elles, aux doubles fins d’évaluation de cette méthodologie sur les démarches en cours des laboratoires et d’autoévaluation de chaque projet initial.
Ont été produits un guide méthodologique de démarche de gestion des paysages viticoles à l’échelle des territoires et un Outil d’Aide à la Décision en ligne d’évaluation et de conseils des démarches paysages viticoles à destination des territoires.

>> Télécharger le résumé

>> Télécharger le diaporama

Modélisation de la diversité des exploitations et de leur fonctionnement pour mieux penser la Trame Verte et
Bleue

Orateur(s) : Guillaume Pain

Co-auteur(s) :

Hugues Boussard

 Groupe ESA, Angers

L’échelle du paysage est reconnue pertinente dans l’étude des interactions entre les activités humaines et les processus écologiques ou la gestion des ressources naturelles. La structure des paysages agricoles résulte de la nature et de l’organisation des couverts au sein des exploitations agricoles mais aussi de la diversité de ces dernières. La représentation et la prise en compte de cette diversité est une des difficultés à gérer pour mieux intégrer les contraintes de fonctionnement des exploitations agricoles dans les questions d’aménagement.
Dans le cadre des réflexions sur la mise en œuvre de la Trame verte et bleue, nous avons étudié comment cette diversité pouvait influer sur la préservation des continuités bocagères. Pour ce faire, nous avons mis en œuvre une démarche de modélisation de paysage partant du fonctionnement des exploitations.
Dans l’exemple présenté ici, nous nous sommes intéressés à l’influence que la diversité d’exploitations d’élevage bovin peut avoir sur le maintien de continuités prairiales. Pour ce faire, nous avons simulé des paysages agricoles, à l’échelle d’une commune, en faisant varier les proportions relatives d’exploitations de différents types construits à partir d’un travail d’enquête.
Ce travail exploratoire montre que le fonctionnement des exploitations peut fortement contraindre leur capacité à contribuer au maintien de continuités prairiales. Cette étude illustre également que les typologies grossières, de type élevage/grande culture, mobilisées dans les réflexions d’aménagement du territoire, sont trop limitées pour permettre de travailler sérieusement la question de la contribution des exploitations agricoles à la préservation des ressources naturelles.

>> Télécharger le résumé

 >> Télécharger le diaporama

Mardi 17 janvier : 8h30-11h00

Thème : Aménagement et végétal en ville : diversité des attentes, des connaissances et des projets

Communications orales

Biodiversité floristique des espaces herbacés : variations des diversités écologiques le long d’un gradient ville-campagne

Orateur(s) : Arnaud Cochard

Co-auteur(s) :

 Joséphine Pithon, Véronique Beaujouan , Hervé Daniel

 UP Paysage et Écologie, AGROCAMPUS OUEST Centre Angers, 2 rue le Nôtre 49045 ANGERS Cédex

Illustration de la conférence

Les effets de l’urbanisation sur la distribution des plantes ont été largement étudiés, suggérant une plus forte richesse en contexte urbain associée à une modification de la composition floristique. Ces résultats sont souvent en lien avec une forte abondance d’espèces exotiques et une forte hétérogénéité des habitats semi-naturels en ville. Pour évaluer plus précisément l’influence du contexte paysager, il convient de pouvoir comparer la biodiversité d’un même type d’habitat présent dans des contextes plus ou moins urbains. Parmi les éléments semi-naturels présents à l’interface ville – campagne, les milieux herbacés restent assez peu étudiés. Ils présentent une biodiversité souvent ordinaire mais représentent des surfaces importantes, avec des enjeux majeurs en termes de gestion, de services écosystémiques. Cette étude, réalisée au sein du programme régional de recherche URBIO (BIOdiversité des aires Urbaine), a été menée au sein de 3 aires urbaines de l’Ouest de la France (Nantes, Angers et la Roche-sur-Yon). Durant 2 ans, des relevés exhaustifs de végétation ont été réalisés au sein de différents habitats herbacés gérés de façon extensive (bords de routes, espaces verts, prairies agricoles, friches). L’objectif de notre étude est d’analyser les variations de diversités et de composition floristique le long de gradients paysagers (notamment urbanisation et connectivité des habitats). Des espèces pourtant communes (en particulier associées aux milieux prairiaux) apparaissent moins fréquentes vers les centres urbains. Ces travaux interrogent la contribution de ces différents types de milieux.

>> Télécharger le résumé

>> Télcharger le diaporama

Nature en ville et mémoires végétales

Orateur(s) : Audrey Marco & Cécile Berthoux

École Nationale Supérieure du Paysage, Marseille

Illustration de la communication

Cette communication vise à restituer les résultats du projet de recherche NATUMEG « Natures en ville et mémoire végétale », projet porté par trois laboratoires de recherche au cours de la période 2015-2016. Il s’est proposé de questionner, à travers une démarche interdisciplinaire, les interactions entre la ville, la nature et le paysage, dans une perspective historique. L’objectif essentiel de cette recherche était de mettre au point une méthodologie interdisciplinaire qui vise à documenter et analyser les changements écologiques et paysagers d’un site urbain à partir de « restes matériels » relevant d’herbiers et de documents retraçant la mémoire du siècle dernier en matière de distribution des espèces végétales, de l’organisation spatiale du territoire et des paysages. Trois disciplines, l’Ecologie, le Paysagisme et la Sociologie ont donc articulé leurs savoirs autour d’un objet central et fédérateur que sont les herbiers détenus par l’université d’Aix-Marseille. Cette méthode a été élaborée à partir de deux sites de la ville de Marseille, dans un objectif de reproductibilité. L’approche diachronique qui a été conduite a permis à l’issue de cette recherche de mieux comprendre les enjeux écologiques, paysagers et urbains qui s’organisent actuellement autour de la métropole marseillaise.

>> Télécharger le résumé

>> Télécharger le diaporama

L’apport des sciences participatives à la gestion des prairies urbaines

Orateur(s) : Audrey Muratet

  NatureParif, Pantin

Illustration de la communication

 L’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, Natureparif, a pour missions de rassembler de la connaissance sur la biodiversité francilienne, d’en réaliser des synthèses à destination d’un large public, de mettre en réseaux les professionnels de l’environnement et de diffuser les pratiques favorables à la préservation de la biodiversité. Dans ce contexte, Natureparif coordonne et anime à l’échelle régionale le programme Florilèges-prairies urbaines, un programme de science participative conçu par le département de la Seine-Saint-Denis, Plante & Cité, Natureparif, le Conservatoire botanique du Bassin parisien et le Muséum national d’Histoire naturelle qui invite les gestionnaires d’espaces verts à suivre la flore de leur prairie selon un protocole standardisé en renseignant parallèlement leurs pratiques de gestion. L’analyse des données issues des 150 prairies échantillonnées depuis 2014 dans le cadre de ce programme ont permis d’obtenir des résultats sur les pratiques les plus favorables au maintien de communautés prairiales riches et fonctionnelles.

>> Télécharger le résumé

Prise en compte de la diversité des acteurs et des attentes dans l’aménagement des paysages

Orateur(s) : David Montembault

 UMR ESO - AGROCAMPUS OUEST , 2 rue le Nôtre - 49000 Angers

Appliquée au paysage, la notion de « diversité » renvoie bien sûr à la variété des formes, à la diversité des paysages régionaux ou, inversement, à une banalisation des aménagements contemporains, souvent dénoncée… Mais au-delà des formes, la diversité des paysages renvoie aussi à celle des perceptions et des aspirations des habitants qu’il est nécessaire de prendre en compte dans l’aménagement des espaces de vie (Cf. Convention Européenne des Paysage, 2000). Mais comment saisir ces attentes ? Comment passer d’une somme de représentations individuelles à la définition d’un enjeu commun ? Comment concevoir ensuite un projet partagé qui intègre à la fois l’expertise d’usage des habitants, les connaissances savantes et le savoir-faire des paysagistes ? Etc. Ce sont autant de questions qui interrogent aujourd’hui les praticiens comme les Enseignants-chercheurs formant des ingénieurs-paysagistes à AGROCAMPUS OUEST. Dans cette communication, nous présenterons donc les résultats de 4 années de recherche-action au cours desquelles nous avons questionné le renouvellement des pratiques paysagistes au regard de la participation (recherche financée par le ministère de l’Ecologie dans le cadre du programme « Paysage et Développement Durable II »). 

>> Télécharger le résumé

>> Télécharger le diaporama